Abonnez-vous vite à notre newsletter !


A la rencontre d’une créatrice d’attrapeurs de rêves

Jen crée des dreamcatcheurs signés Dreamality Jen

Perpétuant une légende amérindienne, Jen crée des dreamcatcheurs , pièces entièrement artisanales qu’elle réalise à partir de matériaux naturels. Ces attrapeurs de rêves ont pour elle une dimension sacrée car ils protègent des mauvais songes. Ils forment aussi de jolis accessoires de décoration, tendances et personnalisables.

Chez elle, au cœur du mont Saint Eloi, petit village situé près d’Arras. La jeune créatrice de la marque Dreamality Jen nous livre son histoire. Rencontre.

Passée la porte d’entrée, je suis séduite par la douceur de l’endroit.  Un magnifique dreamcatcheur accroché à la poutre du salon donne le ton du décor harmonieux et naturel de la maison. C’est un endroit accueillant, à l’image de la créatrice.

Deux tasses de thé à la main,  Jen m’invite à la rejoindre sur la terrasse ensoleillée pour prendre place à ses côtés …

Sans-titre-3L’atelier de Jen, créatrice de la marque Dreamality Jen

photo_jenny_bis

Rencontre avec Jen, Dreamality Jen

Jen : « Avant, je travaillais dans le tourisme. J’avais le goût des voyages et une envie insatiable de faire des nouvelles rencontres.
J’ai d’ailleurs séjourné quelques années à Marrakech, ville touristique par excellence où l’artisanat est très présent et donc valorisé.  J’appréciais les marchés artisanaux marocains et je me souviens avoir plus d’une fois arpenté le dédale des souks à la rencontre des artisans.

Cette période de ma vie, calée sur le rythme plus lent des nord-africains m’a métamorphosé. Prendre le temps de vivre te renvoie à l’essentiel !

De retour en France, j’ai ressenti le besoin d’utiliser cette énergie créative cumulée durant mon séjour.

Je me suis mise à la peinture. Des visages de femmes marocaines puis indiennes m’ont tout naturellement inspirés.
J’ai peint ensuite une toile nommée « la Sagesse du Chaman » en référence à la culture amérindienne que j’étudiais parallèlement.

Cela a été une révélation ! La façon de vivre des indiens en parfaite harmonie avec la nature me correspondait tout à fait.
Leurs traditions me touchaient. Ils ont une perception à la fois poétique et sacrée de tout ce qui les entoure, comme cet attrapeur de rêves qui protège les enfants de leurs cauchemars !

 » Je me suis alors lancée dans la fabrication de ces objets insolites sans jamais faillir à ma volonté d’être à contre courant des clichés déco de la mode. Je me sens aujourd’hui en accord avec moi-même, et c’est une richesse inestimable !

« Ce sont des objets sacrés qui veillent sur les personnes
et boostent leurs plus beaux rêves « 

 

Créa : les dreamcatchers sont justement à la mode en ce moment, avais-tu repéré cette nouvelle tendance ?

Jen : Je n’ai pas créé Dreamality Jen pour répondre à un effet de mode.

Les attrapeurs de rêves représentent davantage à mes yeux que de simples éléments de décoration. Ce sont des objets sacrés qui veillent sur les personnes et boostent leurs plus beaux rêves. Il paraît même qu’ils portent bonheur !

Créa : Quelles sont tes sources d’inspiration ?

Jen : L’inspiration me vient naturellement, agissant comme un fluide. Lorsque je crée un dreamcatcher, je pense à la personne qui me l’a commandé et passe en revue son environnement, ses goûts, sa personnalité, les couleurs qu’elle porte … J’entre dans son univers et y puise ce qu’il y a de plus lumineux.

Créa : Quels sont les éléments qui composent les dreamcatcheurs

Jen : Je prends ce que je trouve dans la nature : branches d’arbre, plumes, coquillages … mais aussi des objets récupérés comme des anciens bijoux ou encore des pièces de tissus. Le cercle, quant à lui, est tissé à la manière d’une toile d’araignée avec du fil de coton.
Mon souhait est de pouvoir utiliser le maximum de matériaux naturels comme le chanvre.

11_composition_lovin_wood

Créa : quelle est la fonction du dreamcatcheur ?

Jen : D’après la légende, le dreamcatcher agit comme un gardien du sommeil. Il vous protège des mauvais rêves en les capturant dans sa toile. Au levée du jour, ils sont brûlés par les premiers rayons du soleil.

Créa : penses-tu que le spirituel a encore sa place dans notre monde actuel ?

Jen : « Plus que jamais…Nous avons exploré et même exploité la moindre parcelle de notre belle planète et nous n’avons toujours pas les réponses à nos questions existentielles, nous n’en avons toujours pas assez. Il en faudra toujours plus, au détriment de tous les êtres vivants.
La seule Terre que nous méconnaissons trop est intérieure, c’est nous même. Je crois que le temps est venu de puiser en nous, de renouer avec notre essence et nous reconnecter à la vérité universelle de ce que nous sommes vraiment, et le spirituel peut nous y aider.  Et si le monde extérieur était le reflet de notre vie intérieure ? … Je pourrais ainsi vous en parler des heures … »

Quelques mots sur l’association Chiens Guides d’Aveugles de Roncq

0055e37ec2   L’interview touche a sa fin quand ISHKA, le labrador que Jen et son amie ont recueilli vient se poser doucement à nos pieds.

   Là encore, je pose quelques questions avant de découvrir l’existence d’une  association qui propose des chiens d’aveugles ….

 

photo_jenny_chien

Association Chiens Guides d’Aveugles – Centre Paul Corteville (créée en 1958)

Famille d’accueil, l’éducation du chiot leur est confiée pendant près d’une année. Durant ces 12 mois et plus, Jen et Pauline se rendent régulièrement à l’association afin que les éducateurs forment le labrador à devenir chien guide pour aveugles. Dès que ce dernier est prêt, il est alors remis gratuitement à une personne déficiente visuelle.

École Nord de France
295, rue de Lille
– BP 60088 – 59435 RONCQ CÉDEX
Tél. : 03 20 68 59 62 – Fax : 03 20 68 59 63

École de Normandie Ferme du Pin
27310 HONGUEMARE-GUENOUVILLE
Tél. : 02 32 20 74 00

E-mail : corteville(at)chien-guide.org

Site web : www.chien-guide.org

Pour contacter Jen : jennymeriaux(at)orange.fr

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *