Abonnez-vous vite à notre newsletter !


Les Jardins de Kahlan, bijoux de créateur

 » Je m’inspire des traditions folkloriques de divers horizons … »

Dans le secret de son atelier, Brigitte Montana, créatrice de la marque  »  Les Jardins de Kahlan  »  réalise de véritables merveilles.

 

presentation_bijoux_visuel_3

Sous les doigts agiles de cette ancienne graphiste, les perles de bohèmes et les fragments de tissus importés de pays lointains se métamorphosent en bijoux délicats, tendances et d’une rare qualité.

Ainsi bagues, bracelets et boucles d’oreilles forment des pièces uniques immortalisées  par de sublimes photos que Brigitte Montana prend elle-même avec professionnalisme. Ses bijoux sont si beaux qu’on ose à peine les porter. Plus qu’un ornement, ils nous transportent dans l’univers de leur créatrice empreint de poésie, de couleurs, de voyages et de folklores.

 Rencontre avec Brigitte Montana, Les Jardins de Kahlan

 

c5db7bdc9a
Brigitte : «Ma mère est bretonne, mon père est algérien et alors que je connais à peine ce pays, je me sens très proche de mes origines paternelles. Comme ancrés dans les gènes, mes goûts se portent vers les couleurs turquoise, terre de sienne, orange, rouge et vert anis … les tons chauds, profonds et ensoleillés de là-bas.

Créa :  Puisez-vous essentiellement votre inspiration de vos origines ?

Brigitte : Pas seulement. Les vêtements folkloriques de divers horizons : Europe de l’Est,  Amérique du sud, Afrique, Inde… sont aussi une très grande source d’inspiration.

Je suis avant tout une visuelle, très réceptive à la beauté de dessins ou de tableaux dont j’apprécie les graphismes et les couleurs. La nature sous toutes ces formes, nourrit également ma créativité.

Créa : Les fleurs sont-elles à l’origine du nom « Les Jardins de Kahlan » ?

Brigitte : J’aime effectivement jardiner et j’ai d’ailleurs longtemps partagé cette passion sur un premier blog. Je communiquais sous le pseudo  Khalan en référence à l’héroïne d’un livre de science-fiction que je dévorais à l’époque. Et lorsque je me suis mise à la création de bijoux, « Les Jardins de Kahlan » s’est imposé tout naturellement …

Créa : Vous êtes une passionnée de jardinage, de photographie, de bijoux … pouvez-vous nous raconter votre parcours ?

Brigitte : J’ai eu une vie assez chaotique ! D’abord à Paris que je quitte assez jeune pour aller vivre aux Pays Bas, pendant environ 8 ans. La danse étant ma passion, j’entre alors au conservatoire de danse de Rotterdam pendant plusieurs années avant d’intégrer une troupe de danseurs. Les aléas de la vie, font que je dois abandonner la danse. De retour à Paris, je me lance via un improbable concours de circonstances, dans le domaine des arts graphiques. J’ai toujours été très sensible à l’image en même temps qu’un goût prononcé pour la typographie.

Ensuite, avec l’arrivée successive de mes trois enfants, j’ai souhaité interrompre mon activité professionnelle afin de me consacrer à leur éducation. Nous déménageons alors dans un petit village près de Toulouse et c’est en appréciant la sérénité  de cette nouvelle vie à la campagne que je me consacre à la création artistique.

Je monte une petite association de peinture et de sculpture pour enfants et adultes dans le village où j’habite. Parallèlement à cela, je détourne et recycle des vêtements pour mon propre usage, une habitude acquise durant l’adolescence pour me démarquer et m’affirmer.

J’adore chiner çà et là, toujours à la recherche de tissus originaux… Puis, de fil en aiguille, je crée mes premiers bijoux textiles.

En 2005, je crée ma micro-entreprise sous la marque « Les Jardins de Kahlan »

Créa : Etes-vous aussi photographe professionnelle ?

Brigitte : Je suis une autodidacte passionnée de l’image qui ne fait pas les choses à moitié. Aussi, à mes débuts, quand il a fallu prendre en photo mes bijoux pour les mettre sur mon blog, j’ai lu une bonne dizaine d’ouvrages sur le sujet avant de me lancer et d’obtenir des images qui me satisfaisaient à peu près.

Prise de passion pour la photographie, j’ai ensuite travaillé sur des clichés n’ayant aucun rapport avec mes bijoux. Beaucoup d’expérimentation avec des effets de matières, de textures, de graphisme. Les réalisations numériques que je crée proposent une certaine vision du monde, ma vision, qui n’est pas forcément la réalité. Je me considère plus comme une artiste en art visuel numérique que photographe.

Créa : quels conseils donneriez-vous à celles et ceux qui se lancent dans la création de bijoux ?

Brigitte : Ne pas essayer de reproduire ce qui se fait déjà, mais avoir une véritable démarche créative afin d’être en mesure de proposer aux client(e)s des réalisations qui soient vraiment originales et qui reflètent la personnalité de la créatrice/du créateur !

Le plus difficile est de pouvoir faire de la création « pure » tout en réalisant des bijoux qui se vendent et ce, à des tarifs abordables. Il convient alors de trouver le bon compromis entre l’aspect commercial de l’activité et l’inspiration purement artistique. Un challenge difficile mais ô combien exaltant !  »

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *