Abonnez-vous vite à notre newsletter !


Eliora Bousquet ou la peinture en mouvement

Un authentique et inimitable coup de pinceau

Eliora-Bousquet

Les couleurs palpitent et se chevauchent sur la toile en une magnifique envolée chromatique. Les tons chauds se mêlent au bleu turquoise et éclatent en volutes vives et gracieuses. Les graphismes semblent jaillir du coeur de l’artiste et sublimés par son authentique et inimitable coup de pinceau  !

Rencontre avec Eliora Bousquet

Cette énergie créative, Eliora BOUSQUET, la doit à une envie insatiable de peindre, à son amour de la vie et à une passion débordante pour les arts en général, comme la poésie romantique, la calligraphie arabe ou encore la musique Jazz qui nourrit son inspiration.A 42 ans, cette artiste peintre continue de s’émerveiller et de nous émouvoir avec ses oeuvres ensoleillées, preuve de sa grande sensibilité.

Créa : Comment naissent ces mouvements sur la toile ?

E Bousquet :  » Je peins un peu comme je vis : à 200 à l’heure, raison pour laquelle la notion de mouvement est omniprésente dans mes tableaux ; je ne conçois pas de passer une seule journée sans imaginer, créer ou écrire quelque chose, même une simple ébauche … Avant de peindre, j’explore souvent de nouvelles pistes. Ainsi, chacune de mes collections a débuté à la suite d’une expérience impromptue. J’ai, par exemple, démarré la collection « Vertiges chromatiques » en ratant une toile de ma collection « Visions célestes ».

Un peu agacée de ne pas obtenir le niveau de transparence que je souhaitais, j’ai recouvert de peinture toute ma toile en bougeant dans tous les sens le plus gros pinceau que j’avais et ce, le plus rapidement possible .
A ce moment là, « Lullabies of Birdland » d’Ella Fitzgerald passait à la radio…  Les mouvements de mon pinceau ont suivi la musique, comme s’il dansait sur la toile, et la gestuelle que je développe aujourd’hui s’est alors imposée d’elle-même.
Étrangement, en regardant le tableau terminé, j’y ai vu des oiseaux ; le titre de la chanson d’Ella y est sans doute pour quelque chose… J’ai appelé ce tableau « le nid ».

 

Créa : quelle est votre technique ?

E. Bousquet : Je peins, de façon spontanée, ce que je ressens, privilégiant à toute technique, la force de l’émotion. Le mouvement est inscrit par avance dans l’image que je projette. Quand je peins, c’est comme si j’écrivais : chaque couleur, chaque nuance, est un mot qui, associé à d’autres, finit par former une phrase. Reste à tout conjuguer, à donner à cette phrase un sens… puis à donner aux gens envie de la lire !

Quant à la technique « pure », j’utilise exclusivement l’acrylique. C’est une texture souple et très agréable à travailler car séchant vite, elle fixe les premières émotions peintes sur la toile et permet justement d’obtenir cette peinture « instinctive ». Par ailleurs, l’acrylique s’utilise à l’eau et c’est donc plus écologique, notion qui m’est chère !
Je mélange rarement mes couleurs à des médiums. Je les travaille à l’état brut pour ensuite les nuancer à l’aide de pigments comme la nacre, l’or ou le cuivre, pour obtenir des reflets…

E. Bousquet : J’ai commencé à peindre des tableaux figuratifs (paysages, portraits,…), mais ne ressentais rien de particulier devant un sujet « réel ». J’étais concentrée sur la précision du geste, le bon rendu des couleurs, les aspects purement techniques, pour reproduire le plus fidèlement possible ce que je voyais, mais cela ne laissait quasiment aucune place à l’imagination, au rêve, à la liberté d’expression, à l’émotion que je privilégie par rapport à tout le reste …

Créa : Pourquoi l’art abstrait ?

Ce qui m’attire justement dans l’art abstrait, c’est qu’il nous oblige à ressentir les choses plus qu’à simplement les regarder, il nous apprend à voir avec le coeur, bien au-delà du tableau…

Un tableau prend un sens différent en fonction de celui qui le regarde et acquiert ainsi une nouvelle vie. C’est ce que l’on appelle le phénomène de «scotomisation» : l’esprit voit ce qu’il veut voir. Ainsi, chaque tableau n’existe vraiment que par rapport à celui qui le regarde, relation fragile, mais privilégiée. Je n’ai jamais vu personne de passif devant un tableau abstrait. « On aime » ou « On n’aime pas », mais le tableau vous interroge, ne vous laisse pas indifférent …

Le parcours d’Eliora Bousquet

Créa : qu’exprimez-vous dans votre peinture ?

E. Bousquet : Ma peinture cherche à délivrer des messages en utilisant un grand nombre de symboles. C’est une peinture « à Clefs ».
En effet, Je suis passionnée par l’écriture. J’aime autant peindre que « dépeindre ». Je construis toujours mes tableaux comme s’il y avait une énigme à résoudre, une histoire à laquelle le public participe et dont il est invité à déceler tous les secrets.

Par ailleurs, chaque collection appartient à un mouvement différent (atmosphérisme abstrait pour les « Visions célestes », art abstrait lyrique pour les « Vertiges chromatiques », abstraction symbolique et expressionnisme pour les collections « Evanescence » et « Fictions poétiques»).

Créa : Quel a été votre parcours ?

E. Bousquet : J’ai commencé à peindre à l’âge de 7 ans, essentiellement des fleurs, des oiseaux, des paysages de mer et des portraits à l’aquarelle, puis à l’huile.

J’ai attendu l’âge de 35 ans pour me « lancer » dans la peinture. Prudente par nature, afin de me donner le plus de chances de réaliser mon rêve par mes propres moyens, j’ai longtemps et secrètement mûri mon projet.

Je n’ai pas fait d’école d’art. Après 12 ans à construire ma carrière professionnelle dans le marketing et la communication, j’ai fait en sorte de donner à mon rêve une chance de se concrétiser.
J’ai construit mon business plan, organisé ma première exposition personnelle, développé mon réseau professionnel, conçu mon site internet, puis tout s’est très vite enchaîné… Depuis 2009, j’ai participé à près de 40 expositions en France et à l’étranger.

Je continue à peindre, en marge d’un métier à plein temps en tant que directrice Marketing, Web & Développement qui me passionne aussi.
La peinture est un don que j’ai reçu très jeune et je prie pour le conserver encore longtemps !

Créa : … alors continuez à nous émerveiller !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *